Dès 6 ans

Le MALP, musée archéologique du lac de Paladru ouvre une nouvelle exposition temporaire « Néolithique.

Les villages de Chalain et Clairvaux, patrimoine de l’humanité », plus sobrement intitulée « Néo, chapitre 1 – s’approprier le territoire ». L’exposition a été produite par le Musée de Lons-le-Saunier en 2019. Elle a été choisie par l’équipe du MALP en raison des échos avec le site archéologique des Baigneurs. Compte-tenu de l’espace d’exposition temporaire restreint, cette exposition sera présentée en deux temps. Le second volet de l’exposition sera présenté du 14 septembre 2024 au 9 mars 2025, et sera consacré à « Tisser les liens ». « Cette contrainte de place nous a amené à être créatif, explique Lucile Denizot, directrice du MALP. Aussi, nous allons utiliser le hall d’accueil du musée. Cela permettra d’amener les visiteurs vers l’exposition temporaire."

Des échos d’un lac à l’autre

Cette exposition nous transporte dans le Jura il y a plus de 5000 ans, sur les rives des lacs de Chalain et Clairvaux. Fruit des fouilles et du travail scientifique des archéologues sur les sites jurassiens durant quarante ans, l’exposition fait écho au travail des archéologues sur les rives du lac de Paladru. De lacs en lacs, surgissent des résonances entre ces communautés éloignées, mais qui échangeaient déjà, comme en témoignent certains objets ayant voyagé. Sur ces rives, des groupes humains se succèdent. Ils exploitent la forêt, bâtissent un village, mettent les terres en culture. Puis, ils partent, après avoir tiré le maximum de ressources de leur environnement. Armes de chasse, outils, éléments architecturaux ou restes végétaux montrent la découverte et l’appropriation du territoire qui les entourent.

Découvrir des objets remarquables

L’exposition propose une immersion dans la vie quotidienne de populations d’agriculteurs néolithiques jurassiens. Un quotidien sans doute guère différent de celui des habitants des rives du lac de Paladru. La scénographie s’organise autour de dessins originaux de Pierre-Yves Videlier (Atelier Scène de Papier). Chaque illustration, par sa taille et la précision des détails, permet une immersion dans la vie quotidienne et propose une mise en scène des objets présentés dans les vitrines. « L’exposition montre un bâton de jet, poursuit Lucile Denizot. C’est un objet que nous ne comptons pas dans nos collections. Cela permet ainsi d’enrichir les connaissances sur les modes de chasse. Autre élément remarquable : des restes de clayonnage (assemblage de pieux et de branches d'arbres) qui nous dévoilent ainsi des techniques de construction de l’époque ». Armes de chasse, outils de pêche, de culture et d’élevage, techniques de construction et de travail du bois, sont présentés. Les chercheurs ont trouvé des matières dures tirées des animaux comme les cerfs, les bovidés, qui ont été découpés et taillés pour la réalisation d’outils, d’objets et même d’éléments de parures. De nombreux restes végétaux ont aussi été retrouvés presque intacts alors qu’ils datent de plus de 5 000 ans. C’est ainsi que l’on sait que pommes, graines, glands, noisettes étaient au menu de ces populations. Autant d’objets rares à admirer. « C’est une chance de venir voir cette collection ainsi que celle du MALP. Ces objets enfouis dans l’eau sont peu présentés car les contraintes pour les mettre en vitrine sont nombreuses », continue la directrice.

L’exposition est présentée jusqu’au 25 août 2024. De nombreuses médiations sont prévues pour accompagner l’exposition : ateliers pour les plus jeunes ou les familles et visites guidées.

© Pierre-Yves Videlier, Atelier Scène de papier.

S'abonner à la newsletter de Minizou

TPL_BACKTOTOP