C’est le rendez-vous culturel du mois de mai : le festival Les Arts du Récit se tient du 15 au 23 mai 2024.

Se laisser embarquer dans les histoires. La 37e édition du festival de contes Les Arts du Récit a lieu du 15 au 23 mai 2024. « Notre axe de programmation ne varie pas : nous donnons à voir la vitalité et la modernité du conte », pose d’emblée Stéphène Jourdain, directrice du centre Les Arts du Récit. Le festival se caractérise par sa diversité : diversité des formes, en solo ou à plusieurs, diversité des formats entre conte, récit, slam et musical ou conte & poésie. L’autre caractéristique du festival est son itinérance : les artistes sont invités dans des lieux les plus variés. Les salles de spectacle bien sûr, mais aussi les bibliothèques, les musées, les parcs, les maisons de retraite, les écoles, les crèches et même cette année dans des halls d’hôtel ou au Minimistan à Grenoble par exemple. Avant d’ouvrir vos oreilles, ouvrez donc l’œil pour vous repérer dans la centaine de représentations programmées !

Quand les histoires personnelles croisent l’histoire collective

Trois thèmes se dégagent de la programmation. Le premier concerne les récits intimes. « Comment un récit personnel peut-il devenir universel et parler à tous ? », interroge Stéphène Jourdain. Ce sujet sera abordé dans le spectacle « Bob et moi » d’Alexandre Virapin du collectif Bajour à La Faïencerie à La Tronche jeudi 16 mai à 20h30 (dès 12 ans). Le conteur entremêle la grande et la petite histoire, entre le moment où un enfant découvre le chanteur. En parallèle, il reprend la trajectoire de Bob Marley, cet homme né du ghetto jamaïcain qui est devenu une légende. Le sujet est aussi évoqué dans « Une peau plus loin » de Sabrina Chézeau, de La Farouche Cie, mardi 21 mai à 19h30 à La Faïencerie à La Tronche et à l’Amphi à Pont-de-Claix jeudi 23 mai à 19h (dès 9 ans). L’artiste raconte les relations de famille et les silences, les émotions, les injustices et les secrets qui s’y nichent. Pour ce dernier spectacle, qui associe récit, slam et musique, elle a collecté des témoignages de jeunes et de professionnels, pour parler le plus justement possible du mal-être de l’adolescence, parfois renforcée par les exigences des parents sur leur enfant. Elle s’interroge sur l’adage si souvent répété « c’est pour ton bien mon enfant ».

« La langue témoigne de notre manière de voir le monde »

Le second thème questionne notre rapport à la langue. « Chaque langue porte davantage qu’un échange de mots. Il témoigne de notre manière de voir le monde », détaille Stéphène Jourdain. Cette thématique sera présentée dans des spectacles comme « Mezzo Mare » d’Aurélie Piette sur l’histoire de son grand-père sicilien arrivé en France en 1957 (dès 14 ans). « Mezzo Mare » est un spectacle de « fin de chantier », c’est-à-dire une sortie de création suite à la formation « Pas à Pas » mise en place par le centre les Arts du Récit et dont Aurélie Piette appartient à la première promotion avec 5 autres conteurs.

Les plus jeunes se régaleront avec « Le chat et le bol de Porridge » d’Alex Pattie, mercredi 15 mai à 11h au Domaine de Vizille ou samedi 18 mai au musée Dauphinois à 16h (dès 6 ans). Alex Pattie, avec son humour « so british » explique l’origine du monde. Dans cette histoire, tout commence par un chaton très mignon… qui croque tout ce qui l’entoure. Il dévore le bon porridge anglais que sa maîtresse lui donne, mais il a très faim… et un jour il avale sa maîtresse. Le chat part en voyage et tout ce qu’il croise, il le mange. Une fringale de merveilleux qui interroge notre place dans le monde et notre façon d’appréhender notre environnement et notre rapport prédateur à notre environnement.

Le troisième thème explore la notion d’identités multiples. Lamine Diagne et Raymond Dikoumé se demandent « être français et noir, qu’est-ce que cela signifie ? ». Ce spectacle « Françé » est présenté à l’espace Paul-Jargot à Crolles mercredi 15 mai à 17h (dès 12 ans). Les deux artistes tous deux français et afro-descendants, croisent leur parcours personnel avec l’histoire de la colonisation.

Beaucoup de spectacles pour la jeunesse et les familles

Le jeune public et les familles ont toujours toute leur place dans le festival. « Le petit bois charmant et la forêt sombre » de Delphine Garzcynska de la Cie Entre les jours ouvre le festival côté jeunesse mercredi 15 mai à 15h (nouvel horaire) à l’espace culturel René-Proby à Saint-Martin d’Hères (dès 6 ans). Delphine Garzcynska actualise le conte « La chèvre et les 3 chevreaux », une histoire de loup afin d’apprivoiser ses peurs. « Le petit bois charmant et la forêt sombre », c’est d’abord l’histoire d’une petite fille qui adore aller chercher le courrier dans la boîte aux lettres. Elle attend quelque chose de neuf, de merveilleux. Mais comme la boîte reste désespérément vide, la petite fille s’aventure un jour dans les bois …. Deux autres histoires complètent ce spectacle. Il sera aussi question de l’histoire de la naissance des trois petits chevreaux dans la forêt habitée par le loup, ou des trois petits cochons cachés pour échapper à la casserole de la fermière… Ce spectacle sera aussi joué à Biviers le 16 mai.

Sabrina Chezeau interroge le poids des secrets familiaux

Sabrina Chézeau joue « Les Souliers Mouillés » mercredi 22 mai au Déclic à Claix à 15h (dès 7 ans). Elle retrace le voyage initiatique d’un fils à la recherche de son père. L’histoire : « Juanito vit seul avec son père qui, toutes les nuits, sort pêcher. Chaque matin, avant de partir à l’école, Juanito vérifie que les gros souliers mouillés de son papa sont là, preuve que ce dernier est rentré. Un matin, pourtant, les souliers sont absents… » Entre récit d’aventures et conte initiatique, l’histoire questionne avec humour et tendresse la peur de l’abandon et le poids des secrets familiaux.

Les contes traditionnels revisités

Rachel Maïmouna Thomas jouera « Commun Chaos » au Grand Angle à Voiron jeudi 16 mai à 20 h (dès 10 ans). Elle rassemble des contes populaires issus de différents pays pour faire jaillir le merveilleux dans nos imaginaires. Frédéric Naud conte « Grosse betterave et autres salades » mercredi 22 mai à 10h à la médiathèque La Passerelle à La Tour-du-Pin (dès 8 ans). Il revisite plusieurs contes traditionnels, « Grosse betterave », « Le pêcheur et le petit poisson d’or », « le Taureau Bleu », « le Roi des oiseaux » ou encore « Majnoun et Leïla… » dans ce récital.

D’autres rendez-vous sont proposés aux familles. Bien sûr, le rendez-vous « Toc Toc Toc M. Pouce », samedi 18 mai à 10h et 11h au Jardin des Plantes à Grenoble. A vous de raviver vos souvenirs autour des comptines de l’enfance. Autre rendez-vous : le « yoga-conté » de Delphine Gillio-Tos au musée Dauphinois à Grenoble pour les familles avec des enfants de 3 à 6 ans. Mais aussi, « Cabane à histoires », au musée Dauphinois, qui permet d’écouter librement des albums jeunesse, adaptés en version sonore : » Le Machin », « Ty Poucet », « Bou et les 3 zours », etc. grâce aux enregistrements de la compagnie Les Belles Oreilles. Autre rendez-vous « traditionnel » du festival : les brunchs contés au musée Dauphinois. Profitez d’une pause gourmande, agrémentée de contes à la volée par les artistes du festival dimanche 19 mai.

Un aperçu des 50 artistes attendus. Pensez à réserver.

https://www.artsdurecit.com/

Photo : © onditvous

S'abonner à la newsletter de Minizou

TPL_BACKTOTOP